Documents pour «Site Pouchet du CNRS»

Histoire de la Mode : French Fashion Studies Partie 3

Manuel Charpy

1h05min02

SEMINAIRE DU 29 SEPTEMBRE 2017 / FRENCH FASHION STUDIES


Pour le premier SemMode de l’année 2017-2018, nous avons le plaisir d’accueillir, Isabelle Paresys (MCF, Lille 3), Manuel Charpy (Chargé de recherche CNRS/ Lille 3) et Agnes Rocamora (Lecturer, London College of Fashion) pour parler des Fashion studies à la française. Un beau petit essai de définition en perspective sur ce que l’on entend par la recherche en/de mode en France!



Part 3 : Isabelle PARESYS
et Débat avec le public

Histoire de la Mode : French Fashion Studies Partie 2

Agnès ROCAMORA

43min02

SEMINAIRE DU 29 SEPTEMBRE 2017 / FRENCH FASHION STUDIES


Pour le premier SemMode de l’année 2017-2018, nous avons le plaisir d’accueillir, Isabelle Paresys (MCF, Lille 3), Manuel Charpy (Chargé de recherche CNRS/ Lille 3) et Agnes Rocamora (Lecturer, London College of Fashion) pour parler des Fashion studies à la française. Un beau petit essai de définition en perspective sur ce que l’on entend par la recherche en/de mode en France!



Part 2 : Agnès ROCAMORA

Histoire de la Mode : French Fashion Studies Partie 1

Manuel Charpy

56min22

SEMINAIRE DU 29 SEPTEMBRE 2017 / FRENCH FASHION STUDIES


Pour le premier SemMode de l’année 2017-2018, nous avons le plaisir d’accueillir, Isabelle Paresys (MCF, Lille 3), Manuel Charpy (Chargé de recherche CNRS/ Lille 3) et Agnes Rocamora (Lecturer, London College of Fashion) pour parler des Fashion studies à la française. Un beau petit essai de définition en perspective sur ce que l’on entend par la recherche en/de mode en France!



Part I : Manuel CHARPY

Rendre visible ou occulter ? / To show or to hide?

2h34min57

Rendre visible ou occulter ?/ To show or to hide?


Discutante/Discussant : Margareth da Silva Pereira
(Universidade federal do Rio de Janeiro)


Brodwyn Fischer (University of Chicago)

Counting the Mucambópolis: Representation and Absence in Recife’s Informal
Cityscapes


Emanuel Giannotti (Universidad de Chile, Facultad de Arquitectura y Urbanismo)
The callampas as a public issue. Santiago de Chile, 1947-1970


Antonio Azuela et Erika Alcantar (Universidad Nacional Autónoma de México)
Making informality invisible. Ignoring irregular urbanisation in the Mexican
Miracle (1951-1966)





Counting shacks and their inhabitants: the production and use of statistics on the informal city in the 20th century


After a first workshop
(3-4 July 2017) examining how legal and regulatory categories of the
informal city were constructed between 1900 and 1950, the research team
‘Informal city in the 20th century’ now turns its attention to the
documentation produced to describe these areas thus categorised :
with the informal city diagnosed as a problem, documentary material was
therefore needed in order to define and hence deal with it. This
involved counting, mapping, and undertaking social and photographic
surveys. Estimating the extent of the problem formed one of the public
authorities’ main preoccupations : this two-day workshop will therefore explore how public authorities sought to both measure and describe it.

How did the existing public
statistics, in particular the general population censuses, include or
omit these housing types and their inhabitants? How were informal
housing units counted, when such units by definition left few
administrative traces? How did the quantitative descriptions relate to
other forms of representations, notably the maps? Examining such
documents enables us to study how the administrative categories of the
informal city were implemented in practice and, where relevant, the
difficulties that such categories then presented to agents on the
ground.

Which administrative services
undertook such population counts? Where relevant, which organisations
did the public authorities entrust with this task? The workshop will
also examine population counts and censuses produced by non-public
organisations (religious groups, associations or those with
responsibility for a specific service) which took it upon themselves to
gather such material themselves.

When and how were censuses
undertaken of people living in these areas? What were the aims behind
such operations (containing growth, monitoring the population, rehousing
etc.)? How was this documentation then used? The workshop will examine
in particular the subsequent use made of the personal details gathered.
Another theme of possible interest is the lifespan of aggregated figures
when reproduced from one document to the next.

Open to all, this
two-day event is the second workshop organised by the four-year
collaborative research project entitled ‘The informal city in the 20th
century. Urban policies and governing urban populations’

Dénombrer les baraques, recenser leurs habitants.

Production statistique et usages des chiffres sur la ville irrégulière au 20e  siècle

Après avoir examiné, lors du précédent
atelier (3-4 juillet 2017), la construction juridique et réglementaire
des catégories de la ville irrégulière dans la première moitié du xxe siècle, l’équipe de recherche « Ville informelle au xxe siècle »
aborde la documentation produite pour décrire les quartiers ainsi
catégorisés. Une fois le problème de la ville irrégulière constaté, il
faut en effet le documenter, en vue de le définir et de le traiter.
Comptage, cartographie, enquêtes sociales, relevés photographiques sont
alors mis en œuvre. L’estimation de l’ampleur du problème est une des
préoccupations importantes des pouvoirs publics. Durant ces deux
journées, nous explorerons ainsi la manière dont ceux-ci cherchent à le
mesurer et le décrire.

Comment les statistiques publiques
préexistantes, notamment les recensements généraux de population,
prennent-elles en compte ou non ces habitats et leurs populations ?
Comment procède-t-on pour compter des logements qui, par définition,
laissent peu de traces administratives ? Comment les descriptions
chiffrées interagissent-elles avec d’autres formes de représentations,
cartographiques notamment ? L’examen de ces documents permet aussi
d’étudier la manière dont les catégories administratives de la ville
irrégulière sont effectivement mises en œuvre et les problèmes que
celles-ci posent aux acteurs de terrain.

Quelles sont les administrations qui
procèdent à ces dénombrements ? Le cas échéant, à quelles organisations
les pouvoirs publics confient-ils cette mission ? On s’intéressera
également aux dénombrements et recensements produits de leur propre
initiative par des organisations non publiques (associations religieuses
ou laïques, entreprises en charge d’un équipement technique).

Quand et comment procède-t-on au
recensement des populations de ces quartiers ? Quels sont les objectifs
d’une telle opération (endiguement du phénomène, contrôle des individus,
relogement, etc.) ? Quels usages fait-on ensuite de ces documents ? On
examinera notamment les usages successifs des données nominatives
collectées. On pourra également s’intéresser à la postérité des chiffres
agrégés, repris de document en document.

Working languages : English and French

Organisers : La ville informelle au XXe siècle

https://informalcity.hypotheses.org

Acteurs et motifs des recensements de bidonvilles/ Shantytown censuses: Actors and Motives

Charlotte VORMS

2h35min47

Acteurs et motifs des recensements de bidonvilles/
Shantytown censuses: Actors and Motives


Discutante/Discussant : Morgane Labbé (EHESS, CRH)


Éric Denis (CNRS, Géo-Cités) et Véronique Dupont (IRD, CESSMA)

From the 1956 Slum Areas Act to the 2001 Census of India: identifying and
counting slums in Indian cities, with a focus on Delhi and Chennai


Jim House (University of Leeds)

Enjeux sociaux, politiques et sécuritaires du nombre : recensements et
dénombrements dans les bidonvilles d’Alger (1941-1962)


Charlotte Vorms (Université de Paris 1, CHS, IUF)

Un recensement de baraques ? Objet, motifs, usages et genèse d’un chier
administratif (Madrid, 1956-1963)





Counting shacks and their inhabitants: the production and use of statistics on the informal city in the 20th century


After a first workshop
(3-4 July 2017) examining how legal and regulatory categories of the
informal city were constructed between 1900 and 1950, the research team
‘Informal city in the 20th century’ now turns its attention to the
documentation produced to describe these areas thus categorised :
with the informal city diagnosed as a problem, documentary material was
therefore needed in order to define and hence deal with it. This
involved counting, mapping, and undertaking social and photographic
surveys. Estimating the extent of the problem formed one of the public
authorities’ main preoccupations : this two-day workshop will therefore explore how public authorities sought to both measure and describe it.
How did the existing public
statistics, in particular the general population censuses, include or
omit these housing types and their inhabitants? How were informal
housing units counted, when such units by definition left few
administrative traces? How did the quantitative descriptions relate to
other forms of representations, notably the maps? Examining such
documents enables us to study how the administrative categories of the
informal city were implemented in practice and, where relevant, the
difficulties that such categories then presented to agents on the
ground.
Which administrative services
undertook such population counts? Where relevant, which organisations
did the public authorities entrust with this task? The workshop will
also examine population counts and censuses produced by non-public
organisations (religious groups, associations or those with
responsibility for a specific service) which took it upon themselves to
gather such material themselves.

When and how were censuses
undertaken of people living in these areas? What were the aims behind
such operations (containing growth, monitoring the population, rehousing
etc.)? How was this documentation then used? The workshop will examine
in particular the subsequent use made of the personal details gathered.
Another theme of possible interest is the lifespan of aggregated figures
when reproduced from one document to the next.

Open to all, this
two-day event is the second workshop organised by the four-year
collaborative research project entitled ‘The informal city in the 20th
century. Urban policies and governing urban populations’

Dénombrer les baraques, recenser leurs habitants.

Production statistique et usages des chiffres sur la ville irrégulière au 20e  siècle

Après avoir examiné, lors du précédent
atelier (3-4 juillet 2017), la construction juridique et réglementaire
des catégories de la ville irrégulière dans la première moitié du xxe siècle, l’équipe de recherche « Ville informelle au xxe siècle »
aborde la documentation produite pour décrire les quartiers ainsi
catégorisés. Une fois le problème de la ville irrégulière constaté, il
faut en effet le documenter, en vue de le définir et de le traiter.
Comptage, cartographie, enquêtes sociales, relevés photographiques sont
alors mis en œuvre. L’estimation de l’ampleur du problème est une des
préoccupations importantes des pouvoirs publics. Durant ces deux
journées, nous explorerons ainsi la manière dont ceux-ci cherchent à le
mesurer et le décrire.

Comment les statistiques publiques
préexistantes, notamment les recensements généraux de population,
prennent-elles en compte ou non ces habitats et leurs populations ?
Comment procède-t-on pour compter des logements qui, par définition,
laissent peu de traces administratives ? Comment les descriptions
chiffrées interagissent-elles avec d’autres formes de représentations,
cartographiques notamment ? L’examen de ces documents permet aussi
d’étudier la manière dont les catégories administratives de la ville
irrégulière sont effectivement mises en œuvre et les problèmes que
celles-ci posent aux acteurs de terrain.

Quelles sont les administrations qui
procèdent à ces dénombrements ? Le cas échéant, à quelles organisations
les pouvoirs publics confient-ils cette mission ? On s’intéressera
également aux dénombrements et recensements produits de leur propre
initiative par des organisations non publiques (associations religieuses
ou laïques, entreprises en charge d’un équipement technique).

Quand et comment procède-t-on au
recensement des populations de ces quartiers ? Quels sont les objectifs
d’une telle opération (endiguement du phénomène, contrôle des individus,
relogement, etc.) ? Quels usages fait-on ensuite de ces documents ? On
examinera notamment les usages successifs des données nominatives
collectées. On pourra également s’intéresser à la postérité des chiffres
agrégés, repris de document en document.

Working languages : English and French

Organisers : La ville informelle au XXe siècle

https://informalcity.hypotheses.org

L’objet et la mesure/ Objects and Measures

Charlotte VORMS

2h28min38

L’objet et la mesure/ Objects and Measures

Discutante/Discussant : Claire Zalc (IHMC, CNRS, EHESS)


Thibault Bechini (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRALMI)

Les pavés du progrès : mesurer le recul de la ville irrégulière dans l’Argentine
positiviste de la fin du xixe siècle


Luciano Villani (CHS)

Censire le baracche a Roma: u ci preposti, modalità di esecuzione e obiettivi
delle rilevazioni e ettuate dalla ne dell’Ottocento agli anni Sessanta del
Novecento

Recenser les baraques à Rome : services préposés, modalités de mise en œuvre et
objectifs des relevés e ectués de la n du xixe siècle aux années 1960


Emilio de Antuñano (University of Chicago)

Mexico City’s mid-century colonias proletarias: Beyond the City Limits, Within the
Political Community





Counting shacks and their inhabitants: the production and use of statistics on the informal city in the 20th century


After a first workshop
(3-4 July 2017) examining how legal and regulatory categories of the
informal city were constructed between 1900 and 1950, the research team
‘Informal city in the 20th century’ now turns its attention to the
documentation produced to describe these areas thus categorised :
with the informal city diagnosed as a problem, documentary material was
therefore needed in order to define and hence deal with it. This
involved counting, mapping, and undertaking social and photographic
surveys. Estimating the extent of the problem formed one of the public
authorities’ main preoccupations : this two-day workshop will therefore explore how public authorities sought to both measure and describe it.

How did the existing public
statistics, in particular the general population censuses, include or
omit these housing types and their inhabitants? How were informal
housing units counted, when such units by definition left few
administrative traces? How did the quantitative descriptions relate to
other forms of representations, notably the maps? Examining such
documents enables us to study how the administrative categories of the
informal city were implemented in practice and, where relevant, the
difficulties that such categories then presented to agents on the
ground.

Which administrative services
undertook such population counts? Where relevant, which organisations
did the public authorities entrust with this task? The workshop will
also examine population counts and censuses produced by non-public
organisations (religious groups, associations or those with
responsibility for a specific service) which took it upon themselves to
gather such material themselves.

When and how were censuses
undertaken of people living in these areas? What were the aims behind
such operations (containing growth, monitoring the population, rehousing
etc.)? How was this documentation then used? The workshop will examine
in particular the subsequent use made of the personal details gathered.
Another theme of possible interest is the lifespan of aggregated figures
when reproduced from one document to the next.

Open to all, this
two-day event is the second workshop organised by the four-year
collaborative research project entitled ‘The informal city in the 20th
century. Urban policies and governing urban populations’

Dénombrer les baraques, recenser leurs habitants.

Production statistique et usages des chiffres sur la ville irrégulière au 20e  siècle

Après avoir examiné, lors du précédent
atelier (3-4 juillet 2017), la construction juridique et réglementaire
des catégories de la ville irrégulière dans la première moitié du xxe siècle, l’équipe de recherche « Ville informelle au xxe siècle »
aborde la documentation produite pour décrire les quartiers ainsi
catégorisés. Une fois le problème de la ville irrégulière constaté, il
faut en effet le documenter, en vue de le définir et de le traiter.
Comptage, cartographie, enquêtes sociales, relevés photographiques sont
alors mis en œuvre. L’estimation de l’ampleur du problème est une des
préoccupations importantes des pouvoirs publics. Durant ces deux
journées, nous explorerons ainsi la manière dont ceux-ci cherchent à le
mesurer et le décrire.

Comment les statistiques publiques
préexistantes, notamment les recensements généraux de population,
prennent-elles en compte ou non ces habitats et leurs populations ?
Comment procède-t-on pour compter des logements qui, par définition,
laissent peu de traces administratives ? Comment les descriptions
chiffrées interagissent-elles avec d’autres formes de représentations,
cartographiques notamment ? L’examen de ces documents permet aussi
d’étudier la manière dont les catégories administratives de la ville
irrégulière sont effectivement mises en œuvre et les problèmes que
celles-ci posent aux acteurs de terrain.

Quelles sont les administrations qui
procèdent à ces dénombrements ? Le cas échéant, à quelles organisations
les pouvoirs publics confient-ils cette mission ? On s’intéressera
également aux dénombrements et recensements produits de leur propre
initiative par des organisations non publiques (associations religieuses
ou laïques, entreprises en charge d’un équipement technique).

Quand et comment procède-t-on au
recensement des populations de ces quartiers ? Quels sont les objectifs
d’une telle opération (endiguement du phénomène, contrôle des individus,
relogement, etc.) ? Quels usages fait-on ensuite de ces documents ? On
examinera notamment les usages successifs des données nominatives
collectées. On pourra également s’intéresser à la postérité des chiffres
agrégés, repris de document en document.

Working languages : English and French

Organisers : La ville informelle au XXe siècle

https://informalcity.hypotheses.org

Quelques recensements de bidonvilles en pratiques/ Case studies of shantytown censuses

Charlotte VORMS

2h30min54

Quelques recensements de bidonvilles en pratiques/ Case studies of shantytown censuses


Discutant/Discussant : Laurent Coudroy de Lille (École d’urbanisme
de Paris)


Rafael Soares Gonçalves (Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro)
Recensements, assistance sociale et présence de l’Église catholique dans les
favelas de Rio de Janeiro dans l’après-guerre


Charlotte Vorms (Université de Paris 1, CHS, IUF)

Un recensement de baraques ? Objet, motifs, usages et genèse d’un chier
administratif (Madrid, 1956-1963)


Ana Fernandes (Faculdade de Arquitectura da Universidade federal da Bahia, Salvador)
Territoires de pauvreté à Salvador de Bahia dans les années 1940 : dénombrer et
appréhender les mocambos, avenidas et cortiços






Counting shacks and their inhabitants: the production and use of statistics on the informal city in the 20th century

After a first workshop
(3-4 July 2017) examining how legal and regulatory categories of the
informal city were constructed between 1900 and 1950, the research team
‘Informal city in the 20th century’ now turns its attention to the
documentation produced to describe these areas thus categorised :
with the informal city diagnosed as a problem, documentary material was
therefore needed in order to define and hence deal with it. This
involved counting, mapping, and undertaking social and photographic
surveys. Estimating the extent of the problem formed one of the public
authorities’ main preoccupations : this two-day workshop will therefore explore how public authorities sought to both measure and describe it.
How did the existing public
statistics, in particular the general population censuses, include or
omit these housing types and their inhabitants? How were informal
housing units counted, when such units by definition left few
administrative traces? How did the quantitative descriptions relate to
other forms of representations, notably the maps? Examining such
documents enables us to study how the administrative categories of the
informal city were implemented in practice and, where relevant, the
difficulties that such categories then presented to agents on the
ground.

Which administrative services
undertook such population counts? Where relevant, which organisations
did the public authorities entrust with this task? The workshop will
also examine population counts and censuses produced by non-public
organisations (religious groups, associations or those with
responsibility for a specific service) which took it upon themselves to
gather such material themselves.

When and how were censuses
undertaken of people living in these areas? What were the aims behind
such operations (containing growth, monitoring the population, rehousing
etc.)? How was this documentation then used? The workshop will examine
in particular the subsequent use made of the personal details gathered.
Another theme of possible interest is the lifespan of aggregated figures
when reproduced from one document to the next.

Open to all, this
two-day event is the second workshop organised by the four-year
collaborative research project entitled ‘The informal city in the 20th
century. Urban policies and governing urban populations’

Dénombrer les baraques, recenser leurs habitants.

Production statistique et usages des chiffres sur la ville irrégulière au 20e  siècle

Après avoir examiné, lors du précédent
atelier (3-4 juillet 2017), la construction juridique et réglementaire
des catégories de la ville irrégulière dans la première moitié du xxe siècle, l’équipe de recherche « Ville informelle au xxe siècle »
aborde la documentation produite pour décrire les quartiers ainsi
catégorisés. Une fois le problème de la ville irrégulière constaté, il
faut en effet le documenter, en vue de le définir et de le traiter.
Comptage, cartographie, enquêtes sociales, relevés photographiques sont
alors mis en œuvre. L’estimation de l’ampleur du problème est une des
préoccupations importantes des pouvoirs publics. Durant ces deux
journées, nous explorerons ainsi la manière dont ceux-ci cherchent à le
mesurer et le décrire.

Comment les statistiques publiques
préexistantes, notamment les recensements généraux de population,
prennent-elles en compte ou non ces habitats et leurs populations ?
Comment procède-t-on pour compter des logements qui, par définition,
laissent peu de traces administratives ? Comment les descriptions
chiffrées interagissent-elles avec d’autres formes de représentations,
cartographiques notamment ? L’examen de ces documents permet aussi
d’étudier la manière dont les catégories administratives de la ville
irrégulière sont effectivement mises en œuvre et les problèmes que
celles-ci posent aux acteurs de terrain.

Quelles sont les administrations qui
procèdent à ces dénombrements ? Le cas échéant, à quelles organisations
les pouvoirs publics confient-ils cette mission ? On s’intéressera
également aux dénombrements et recensements produits de leur propre
initiative par des organisations non publiques (associations religieuses
ou laïques, entreprises en charge d’un équipement technique).

Quand et comment procède-t-on au
recensement des populations de ces quartiers ? Quels sont les objectifs
d’une telle opération (endiguement du phénomène, contrôle des individus,
relogement, etc.) ? Quels usages fait-on ensuite de ces documents ? On
examinera notamment les usages successifs des données nominatives
collectées. On pourra également s’intéresser à la postérité des chiffres
agrégés, repris de document en document.

Working languages : English and French

Organisers : La ville informelle au XXe siècle

https://informalcity.hypotheses.org

Introduction

Charlotte VORMS

19min40

Welcome/ouverture

Sylvie Thénault (directrice adjointe du CHS)


Introduction


Charlotte Vorms (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CHS, IUF)





Counting shacks and their inhabitants: the production and use of statistics on the informal city in the 20th century

After a first workshop
(3-4 July 2017) examining how legal and regulatory categories of the
informal city were constructed between 1900 and 1950, the research team
‘Informal city in the 20th century’ now turns its attention to the
documentation produced to describe these areas thus categorised :
with the informal city diagnosed as a problem, documentary material was
therefore needed in order to define and hence deal with it. This
involved counting, mapping, and undertaking social and photographic
surveys. Estimating the extent of the problem formed one of the public
authorities’ main preoccupations : this two-day workshop will therefore explore how public authorities sought to both measure and describe it.
How did the existing public
statistics, in particular the general population censuses, include or
omit these housing types and their inhabitants? How were informal
housing units counted, when such units by definition left few
administrative traces? How did the quantitative descriptions relate to
other forms of representations, notably the maps? Examining such
documents enables us to study how the administrative categories of the
informal city were implemented in practice and, where relevant, the
difficulties that such categories then presented to agents on the
ground.

Which administrative services
undertook such population counts? Where relevant, which organisations
did the public authorities entrust with this task? The workshop will
also examine population counts and censuses produced by non-public
organisations (religious groups, associations or those with
responsibility for a specific service) which took it upon themselves to
gather such material themselves.

When and how were censuses
undertaken of people living in these areas? What were the aims behind
such operations (containing growth, monitoring the population, rehousing
etc.)? How was this documentation then used? The workshop will examine
in particular the subsequent use made of the personal details gathered.
Another theme of possible interest is the lifespan of aggregated figures
when reproduced from one document to the next.

Open to all, this
two-day event is the second workshop organised by the four-year
collaborative research project entitled ‘The informal city in the 20th
century. Urban policies and governing urban populations’

Dénombrer les baraques, recenser leurs habitants.

Production statistique et usages des chiffres sur la ville irrégulière au 20e  siècle

Après avoir examiné, lors du précédent
atelier (3-4 juillet 2017), la construction juridique et réglementaire
des catégories de la ville irrégulière dans la première moitié du xxe siècle, l’équipe de recherche « Ville informelle au xxe siècle »
aborde la documentation produite pour décrire les quartiers ainsi
catégorisés. Une fois le problème de la ville irrégulière constaté, il
faut en effet le documenter, en vue de le définir et de le traiter.
Comptage, cartographie, enquêtes sociales, relevés photographiques sont
alors mis en œuvre. L’estimation de l’ampleur du problème est une des
préoccupations importantes des pouvoirs publics. Durant ces deux
journées, nous explorerons ainsi la manière dont ceux-ci cherchent à le
mesurer et le décrire.

Comment les statistiques publiques
préexistantes, notamment les recensements généraux de population,
prennent-elles en compte ou non ces habitats et leurs populations ?
Comment procède-t-on pour compter des logements qui, par définition,
laissent peu de traces administratives ? Comment les descriptions
chiffrées interagissent-elles avec d’autres formes de représentations,
cartographiques notamment ? L’examen de ces documents permet aussi
d’étudier la manière dont les catégories administratives de la ville
irrégulière sont effectivement mises en œuvre et les problèmes que
celles-ci posent aux acteurs de terrain.

Quelles sont les administrations qui
procèdent à ces dénombrements ? Le cas échéant, à quelles organisations
les pouvoirs publics confient-ils cette mission ? On s’intéressera
également aux dénombrements et recensements produits de leur propre
initiative par des organisations non publiques (associations religieuses
ou laïques, entreprises en charge d’un équipement technique).

Quand et comment procède-t-on au
recensement des populations de ces quartiers ? Quels sont les objectifs
d’une telle opération (endiguement du phénomène, contrôle des individus,
relogement, etc.) ? Quels usages fait-on ensuite de ces documents ? On
examinera notamment les usages successifs des données nominatives
collectées. On pourra également s’intéresser à la postérité des chiffres
agrégés, repris de document en document.

Working languages : English and French

Organisers : La ville informelle au XXe siècle

https://informalcity.hypotheses.org

HISTOIRE DE LA MODE "AU-DELA DE PARIS-LONDRES" VOL 3

Jessica BARKER

25min03

Colloque « Moving Beyond Paris and London: Influences, Circulation, and Rivalries in Fashion and Textiles between France and England, 1700-1914 »





 

Jessica BARKER

 

Toile de Jouy/ Cloth of England

 

Copperplate Textile Printing in England and France 1752-1820

La gentrification : un concept hégémonique ? 1

Thomas MALOUTAS

1h34min38

Plus de cinquante ans après les réflexions pionnières de Ruth Glass
sur la ville de Londres, la notion de « gentrification » s’est imposée
comme une catégorie d’analyse et un sous-champ de recherches majeurs des
études urbaines. Elle constitue le concept principal au moyen duquel
ces études qualifient et analysent les transformations croisées de la
morphologie et du peuplement des quartiers populaires de centre-villes
faisant l’objet d’une réappropriation résidentielle et symbolique par
les ménages de classes moyennes et supérieures. Toutefois, devant la
généralisation des usages de la notion, un nombre croissant de
recherches critiques interrogent aujourd’hui l’unité empirique et la
pertinence théorique de ce concept, ainsi que sa place dans
l’internationalisation et l’uniformisation des études urbaines.

La gentrification est-elle la seule catégorie d’analyse permettant de
rendre compte des transformations socio-urbaines des quartiers
populaires centraux ? Ne conduit-elle pas mettre en équivalence des
configurations et des dynamiques urbaines marquées par une grande
hétérogénéité, et dont elle tend à invisibiliser la diversité ? Plus
précisément, dans quelle mesure cette notion tend-elle à imposer des
schèmes théoriques, empiriques et politiques qui sont en vérité
spécifiques et tributaires des histoires urbaines et académiques
particulières qui l’ont vu naître (celles du Royaume-Uni et des
États-Unis de la seconde moitié du XXe siècle) ?

Cette demi-journée d’études propose de revenir sur ces interrogations
grâce aux présentations de chercheurs ayant développé une analyse
critique de la notion de gentrification.

1ère partie :

« La gentrification et la question de sa portée globale » 
Thomas Maloutas
(université Harokopio d’Athènes), auteur de « Travelling concepts and
universal particularisms : a reappraisal of gentrification’s global
research » paru en 2017 dans European urban and regional studies.

La gentrification : un concept hégémonique ? 2

Anaïs COLLET

1h37min00

Plus de cinquante ans après les réflexions pionnières de Ruth Glass
sur la ville de Londres, la notion de « gentrification » s’est imposée
comme une catégorie d’analyse et un sous-champ de recherches majeurs des
études urbaines. Elle constitue le concept principal au moyen duquel
ces études qualifient et analysent les transformations croisées de la
morphologie et du peuplement des quartiers populaires de centre-villes
faisant l’objet d’une réappropriation résidentielle et symbolique par
les ménages de classes moyennes et supérieures. Toutefois, devant la
généralisation des usages de la notion, un nombre croissant de
recherches critiques interrogent aujourd’hui l’unité empirique et la
pertinence théorique de ce concept, ainsi que sa place dans
l’internationalisation et l’uniformisation des études urbaines.

La gentrification est-elle la seule catégorie d’analyse permettant de
rendre compte des transformations socio-urbaines des quartiers
populaires centraux ? Ne conduit-elle pas mettre en équivalence des
configurations et des dynamiques urbaines marquées par une grande
hétérogénéité, et dont elle tend à invisibiliser la diversité ? Plus
précisément, dans quelle mesure cette notion tend-elle à imposer des
schèmes théoriques, empiriques et politiques qui sont en vérité
spécifiques et tributaires des histoires urbaines et académiques
particulières qui l’ont vu naître (celles du Royaume-Uni et des
États-Unis de la seconde moitié du XXe siècle) ?

Cette demi-journée d’études propose de revenir sur ces interrogations
grâce aux présentations de chercheurs ayant développé une analyse
critique de la notion de gentrification.



« Des gentrifications. Perspectives européennes »
Marie Chabrol (université de Picardie-Jules-Verne), Anaïs Collet (université de Strasbourg) et Hovig Ter Minassian (université François Rabelais de Tours), co-auteurs, avec Matthieu Giroud, Lydie Launay et Max Rousseau, de Gentrifications, paru en 2016 aux éditions Amsterdam.

Lire les sciences sociales, B. Amable et S. Palombarini

Frédéric Lebaron

2h24min24

Présentation et discussion (en présence des auteurs) de :

Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’illusion du bloc bourgeois.
Alliances sociales et avenir du modèle français, Paris, Raisons d’agir
éditions, 2017

Bruno Amable, Elvire Guillaud et Stefano
Palombarini, L’économie politique du néolibéralisme. Le cas de la France
et de l’Italie, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2012

Bruno Amable
et Stefano Palombarini, L’économie politique n’est pas une science
morale, Paris, Paris, Raisons d’agir éditions, 2005

Par Antony Burlaud et Frédéric Lebaron



1. Les sciences sociales et l’économie politique sont menacées par le
retour d’un moralisme qui nie le conflit social et discrédite
l’opposition aux projets élaborés en vue
d’un prétendu bien commun. […] Bruno Amable et Stefano Palombarini
proposent une théorie néoréaliste du changement institutionnel […] qui
permet de reconnaître, derrière la rhétorique du bien commun, la
frontière entre intérêts dominants et intérêts dominés.

2. En
France et en Italie, la dissolution des anciennes alliances sociales a
rendu nécessaire la reconstitution d’un bloc social dominant. Mais le
noyau dur du bloc néolibéral constituant une minorité politique, la
stratégie consiste à s’appuyer sur une coalition sociale élargie. […] La
participation à l’Union Européenne implique dans les deux pays une
pression politique forte qui est favorable à la mise en place d’une
stratégie néolibérale sous des formes politiques variées.

3. La
crise politique française entre dans sa phase la plus aigüe depuis plus
de trente ans, avec l’éclatement des blocs traditionnels, de gauche et
de droite. L’éloignement des partis « de gouvernement » des classes
populaires semble inexorable […] L’avenir du modèle français dépend de
l’issue d’une crise politique qui n’est pas liée à des querelles
d’appareils et encore moins de personnes, mais à la difficulté de former
un nouveau bloc dominant. Elle est loin d’être terminée.