Cinéma

Enquête d'art : Marcel Duchamp, Fontaine

Centre Georges Pompidou

Réalisateur : Raynald Mérienne
Durée : 26min. Français
Cette vidéo n’est pas disponible dans votre pays.

Résumé

Lorsque Marcel Duchamp choisit de présenter au Salon des Indépendants de New-York un urinoir, qu'il baptise " Fontaine ", le scandale est retentissant.

L'oeuvre est refusée par les organisateurs du Salon.

Pourtant, " Fontaine " va définitivement changer le cours de l'histoire de l'art.

C'est aujourd'hui l'un des joyaux du musée National d'Art Moderne. Enquête à New-York tout d'abord, où " Fontaine " a vu le jour, au Musée de Philadelphie qui conserve l'une des plus importantes collections d'oeuvres de Marcel Duchamp, ou encore à Milan où réside aujourd'hui le galeriste d'art Arturo Schwarz à qui l'on doit les douze répliques de " Fontaine " présentée aujourd'hui dans les plus grands musées du monde.

Titre original / Sous-titre
Centre Georges Pompidou
Editeur / Distributeur
Eclectic Production
Pays
France
Année
2008
Mis en ligne
31/05/2011
Casting
Raynald Mérienne - Réalisateur
Françoise Docquiert - Auteur
Marcel Duchamp - Artiste
Catégorie
Niveau scolaire
Cette fonction est inactive en démo.

Dans la même série

Enquête d'art : Salvador Dali, "Dormeuse, Cheval, Lion Invisibles" Centre Georges Pompidou

Laurence Thiriat

26min33

Conservé au Musée National d’Art Moderne du Centre Beaubourg à Paris, sous le numéro d‘inventaire AM 1993-26, le tableau fait partie d’une série d’œuvres réalisées sur le même thème et représentant des figures similaires; longtemps disparu, il est réapparu en 1993, donné par l’association Bourdon. Exposée en 1930, au cinéma d’art et d’essai de Montmartre, le Studio 28, lors de la projection du film L’Age d’or réalisé par Dali et Bunuel, l’une des œuvres fut lacérée, preuve de l’effervescence et de l’hostilité suscitées par Dali à cette époque....

Enquête d'art : Jean Dunand, Les sports Musée d'art moderne de la ville de Paris

Lucille Bellanger

26min07

Ce film retrace l'histoire de ce bas-relief laqué, daté de 1935 sur le paquebot Normandie et qui a pu être sauvé de l'incendie de 1942 car il était en restauration. Ce panneau, qui décorait le fumoir des premières classes, est un des joyaux de l'Art déco des années 30. L'occasion de revenir sur ce paquebot luxueux, de renommée internationale, des traversées très jet-set et des artistes qui ont travaillé dessus : Le Corbusier, Lalique...

Enquête d'art : Henri Matisse, La danse inachevée Musée d'art moderne de la ville de Paris

Mathilde Deschamps

26min13

Un critique a dit d'elle: «Le chef-d'oeuvre du siècle.» On ne lui donnera tort que sur un point: d'avoir utilisé le singulier. En effet, en 1932, un an avant d'achever La Danse pour la demeure du Dr Barnes, à Merion, près de Philadelphie, où elle se trouve toujours, Matisse avait exécuté une autre version de l'immense décoration (environ 3,5 x 13 m). Toutefois, une légère incorrection dans le relevé des voûtes où elle devait s'insérer rendit sa mise en place impossible. Cette première version, plus épique encore que la seconde, est aujourd'hui le joyau du musée d'Art moderne de la ville de Paris.

Enquête d'art : Gustave Doré, Le Christ quittant le prétoire Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg

De Sam Caro

26min40

De 1872 à 1892, le tableau fut présenté à la « Doré Gallery » de Londres, avant d'être, de 1892 à 1898, le clou d'une très longue exposition itinérante de la « Doré Gallery » à travers les Etats-Unis, dont la première station fut le Carnegie Music Hall de New York. A l'issue de cette tournée, « Le Christ quittant le prétoire » fut renvoyé à Londres et les propriétaires de la « Doré Gallery » étant décédés, il fut stocké puis oublié... Dans les années 60, il fut redécouvert et acquis par Oscar Kline qui possédait la « Central Picture Gallery » à New York. Puis en 1984, il entra dans la collection de Georges Encil, qui le mit en dépôt dans une église néo-gothique de Vienne, la Votivkirche, avant de le céder au Musée d'Art Moderne de Strasbourg. Cette oeuvre, d'une taille impressionnante, est tout à fait exemplaire de la peinture de Gustave Doré qui, les quinze dernières années de sa vie, multiplia les paysages et les scènes religieuses. Elle frappe d'emblée par l'ampleur de sa composition, par la vitalité émanant d'une foule grouillante et gesticulante et par l'efficacité d'une mise en scène théâtrale et dramatique. La peinture à grand spectacle qu'est « Le Christ quittant le prétoire » évoque fortement (cela fut souvent souligné) les superproductions cinématographiques, celles, par exemple, d'un Cecil B. de Mille. Presque hyper réaliste par la précision des détails, elle touche au sublime par sa démesure et sa force narrative. Notre vision de la peinture du XIXème siècle n'étant p lus réduite aux seuls mouvements porteurs de modernité, cette toile de Gustave Doré est enfin reprise en compte par l'histoire et la critique d'art et paraît caractéristique du vaste courant éclectique qui s'est développé dans l'art de la fin du XIXème siècle.

Enquête d'art : Edouard Manet, Le Balcon Musée d'Orsay

De Raynald Mérienne

25min38

Eté 1868. Boulogne-sur-Mer. Manet observe des personnes réunies sur un Balcon dans un effet de contre-jour. L’impression est vive. Elle donne naissance à l’un de ses plus grands chefs d’œuvres, « Le Balcon » aujourd’hui joyau du musée d’Orsay. Pourtant en 1869, lorsque le tableau est exposé au Salon, les critiques sont violentes. Cette toile qui représente une scène banale de la vie bourgeoise, où trois personnes sont représentées assises à un balcon, soulève l’incompréhension générale. On reproche aux personnages leur attitude figée, perdue dans une rêverie intérieure.  

Enquête d'art : Auguste Clésinger, La femme piquée par un serpent Musée d'Orsay

Laurence Thiriat

26min16

Ce marbre fut, avec Les Romains de la décadence de Thomas Couture, l'oeuvre la plus commentée du Salon de 1847, faisant l'objet d'un double scandale, artistique et mondain. Pour cette image suggestive d'une femme nue se tordant sous la piqûre d'un serpent symbolique enroulé autour de son poignet, Clésinger, comme en témoigne la cellulite du haut des cuisses et retranscrite dans le marbre, avait utilisé un moulage sur nature du corps d'une demi-mondaine, Apollonie Sabatier (1822-1890). Muse de Baudelaire, beauté parisienne tenant un salon, celle que ses amis appelaient "la Présidente" offrit ainsi un succès inespéré à Clésinger(1814-1883).

Enquête d'art : Gustave Courbet, L'atelier du peintre Musée d'Orsay

Lucille Bellanger

26min15

Ce tableau-manifeste, refusé par le jury du Salon, est le clou de l'exposition particulière que Courbet organise en marge de l'Exposition Universelle de 1855. Son sous-titre - Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique et morale - donne la mesure du propos ambitieux et un peu énigmatique du peintre. "C'est le monde qui vient se faire peindre chez moi " précise Courbet "à droite, tous les actionnaires, c'est à dire les amis, les travailleurs, les amateurs du monde de l'art

Enquête d'art : Nadar, Pierrot photographe Musée d'Orsay

Lucille Bellanger

25min48

Durant l'automne 1854 ou l'hiver 1854-1855, Nadar, qui a associé à son activité son jeune frère Adrien, demande au mime Charles Deburau (1829-1873) du théâtre des Funambules de poser pour une série de "têtes d'expression". Ce dernier est le fils du célèbre Baptiste Debureau, qui servit de modèle pour le rôle joué par Jean-Louis Barrault dans le film de Marcel Carné Les enfants du Paradis (1945).Félix Nadar obtient ensuite d'un ami haut placé que la série soit exposée à l'Exposition universelle de 1855. Le jury de l'Exposition décerne une médaille d'or à ce travail. Elle est attribuée non pas à Félix, mais à Adrien, qui s'est approprié le nom d'artiste de son frère en se faisant appeler Nadar jeune. Il s'ensuit un procès que Félix finit par gagner en 1857 contre Adrien.

Enquête d'art : Nicolas de Leyde, L'homme au turban Musée de L'Oeuvre Notre Dame, Strasbourg

Laurence Thiriat

24min47

Quel parcours mouvementé que celui de la Tête d'homme au turban, l'une des deux sculptures ornant le portail de la chancellerie de Strasbourg, commandée au XVe siècle au sculpteur hollandais Nicolas de Leyde qui travaillait pour les cours impériales. Le buste, qui a son pendant féminin, a survécu à deux incendies puis à la tourmente de la Révolution avant de rejoindre le musée de Strasbourg. Quant à l'identité du vieillard qu'il représente, elle n'a jamais cessé d'être un mystère.

Enquête d'art : Pablo Picasso, Femme assise sur la plage Musée des Beaux-Arts de Lyon

Lucille Bellanger

26min11

Exécutée en février 1937, la même année que Guernica, cette peinture de Picasso présente une baigneuse nue sur une plage, dans une position familière. Au premier coup d’oeil, les volumes exagérés, l’anatomie arrondie et les disproportions du corps frappent. Femme assise sur la plage est l’un des plus beaux exemples du cubisme synthétique et du néoclassicisme. A cette époque, Picasso s’inspire de sa compagne Marie-Thérèse Walter, omniprésente dans ses travaux des années 1930.  

Enquête d'art : Théodore Géricault, La Monomane de l'envie Musée des Beaux-Arts de Lyon

Katia Chapoutier

25min58

Véritable chef d'oeuvre du peintre, exécuté en 1820, il représente une femme folle avec les codes picturaux habituellement réservés à la bourgeoisie. A la fois dérangeant et bouleversant, ce tableau immortalise ce que l'on a appelé la révolution asilaire ou plus précisément la naissance d'une nouvelle discipline médicale : la psychiatrie. L'enquête menée dans ce film va permettre de remonter l'histoire de cette toile et expliquer pourquoi il aura fallu attendre près d'un siècle avant qu'un musée, le Musée des Beaux Arts de Lyon, ose le faire entrer dans ses collections.

Enquête d'art : Georges de La Tour, Saint Sebastien soigné par Irène Musée du Louvre

Laurence Thiriat

25min12

L’œuvre illustre la veine « réaliste » appliquée à un sujet religieux. En effet, de nombreux peintres, en France, en Italie ou dans les pays du Nord, introduisent dans les scènes bibliques un décor et des costumes rappelant que le divin s’exprime également dans le quotidien. L’émotion qui se dégage de l’image est le fruit de contrastes lumineux qui nous plongent dans un espace silencieux et confiné. On retrouvera fréquemment ce procédé dans les œuvres de La Tour comme dans la Madeleine ou le Saint Joseph charpentier. Dans ses scènes nocturnes, La Tour place toujours la source lumineuse, une bougie ou ici un flambeau, à l’intérieur de la composition.

Enquête d'art : Statue de L'Intendant Ebih-Il Musée du Louvre

Lucille Bellanger

26min25

De nombreux fidèles ont déposé des statues à leur effigie dans les temples de Mari, perpétuant ainsi leur prière devant la divinité. Ces statues d'orants et d'orantes les représentent, la plupart du temps, les mains jointes et vêtus d'un vêtement appelé kaunakès. La statue de l'intendant Ebih-il est, sans conteste, un chef-d'oeuvre par la qualité de son exécution, par son état de conservation et par le caractère expressif de son style. Mais que signifie l'inscription sur son épaule et qui était ce fameux intendant ? Un membre de la famille royale ? Sophie Cluzan, conservatrice, mène l'enquête…

Enquête d'art : Eugène Delacroix, la mort de Sardanapale Musée du Louvre

De Sam Caro

25min17

Ce tableau confirme le désir de Delacroix de s’inscrire dans la lignée des maîtres tout en se permettant des audaces. La fusion de la couleur et de l’arabesque et l’énergie qui s'en dégage, peuvent occulter, à première vue, la méthodique et douloureuse préparation qui a précédé l’exécution. Magnifique et si gigantesque qu’il échappe aux petites vues, selon Victor Hugo, il marque un tournant décisif dans la carrière de l’artiste et de son époque.

Enquête d'art : Le Baptistère de Saint Louis Musée du Louvre

De Vincent Manniez

27min03

Le "Baptistère de Saint Louis" est l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de l'art islamique, qui fascine tant par sa perfection que par les énigmes qu'il pose. Il a été réalisé par le maître Muhammad IBN AL-ZAIN, qui a signé six fois son oeuvre et qui a également signé un second métal incrusté lui aussi conservé au musée du Louvre. Le bassin est entièrement orné de scènes figurées, incrustées de métaux précieux

Enquête d'art : Jean-Baptiste Pigalle, Voltaire nu Musée du Louvre

De Sam Caro

25min24

Premier exemple de statue élevée à un écrivain de son vivant, l’œuvre de Pigalle fit scandale. L’artiste sculpte un corps nu et décharné de vieillard, sans aucun souci d’idéalisation. Voltaire se résignera au nom de la liberté de création. Pourtant, la beauté de l’expression du visage et la pose dynamique magnifient cette forme décrépie : l’esprit triomphe du corps.

Enquête d'art : Charles le Brun, Les dessins de l'escalier des ambassadeurs Musée du Louvre

Mathilde Demoisel

27min50

L’enquête commence au Château de Versailles. Derrière ses grilles se trouvait l’un des chefs d’œuvres du palais : l’escalier des ambassadeurs dont la seule trace conservée est au musée de Louvre. De cette merveille architecturale ne reste que les 300 dessins préparatoires de Charles Le Brun. Pourquoi cet escalier a-t-il disparu ? Pour quelles raisons Louis XV a-t-il ordonné sa destruction ?

Enquête d'art : Borghèse, Le gladiateur Musée du Louvre

De Vincent Manniez

25min45

Provenant de la collection Borghèse acquise par Napoléon en 1807, ce guerrier est appelé à tort " Gladiateur " car il n'y avait pas de jeux du cirque en Grèce. On peut imaginer qu'il s'agit d'un combattant saisi en pleine action, luttant contre un personnage placé en hauteur, sans doute un cavalier. On note le brassard d'un bouclier sur le bras gauche, par contre le bras droit qui tient le pommeau d'une épée est une restauration vraisemblable réalisée au XVIIème siècle. Protégé par son bouclier, il s'apprête à riposter dans un mouvement formant une puissante diagonale fendant l'espace.Chef-d'oeuvre original de l'art hellénistique finissant, réalisé vers 100 av. J.-C., il s'agit de l'une des très rares statues signées existantes. Sur le tronc d'arbre il est inscrit " Agasias d'Ephèse, fils de Dosithéos, a fait [cette statue] ". Sans doute reprise d'un bronze, comme l'indique le tronc d'arbre, mais plus qu'une simple réplique, cette oeuvre intègre les recherches de l'époque hellénistique, notamment autour de la troisième dimension. Agasias s'empare sans doute d'une création de Lysippe, dont il allonge encore plus le canon et à laquelle il mêle les innovations de son temps. La tête est ici vraiment très réduite et la musculature longiligne, tout en souplesse, est détaillée comme sur un écorché, en écho aux recherches du baroque pergaménien.

Enquête d'art : Michel-Ange, Les esclaves Musée du Louvre

De Vincent Manniez

26min25

Les deux esclaves sont à Michel-Ange ce que la Joconde est à Vinci, l'une de ses œuvres les plus réputées. Si dans un premier temps les deux statues devaient être partie intégrante du tombeau du Pape Jules II en 1515, le projet a été modifié après sa mort et elles en furent finalement exclues par souci d'économie. Suite à cette modification, elles quittent l'Italie et arrivent à la cour du roi de France par l'intermédiaire d'un l'exilé florentin, Roberto Strozzi. Elles sont ensuite déposées dans les châteaux d'Ecouen et de Richelieu et y resteront jusqu'à ce que le tourbillon révolutionnaire les emporte au Louvre en 1794

Enquête d'art : Le scribe accroupi Musée du Louvre

De Vincent Manniez

25min42

Le Louvre, département des Antiquités Egyptiennes. Un voyage dans le temps de plus de 4 000 ans. Parmi tous les chefs d’œuvres, Christiane Ziegler nous présente l’un des plus emblématiques : le scribe accroupi. D’où vient cette mystérieuse statue ? Est-elle la commande d’un pharaon ? Comment a-t-elle rejoint le musée du Louvre ? Qui l’a découvert ? Qui se cache derrière ce regard d’une exceptionnelle vivacité ? L’enquête débute au Caire dans le désert de Saqqarah...

Enquête d'art : L'aigle de Suger Musée du Louvre

Laurence Thiriat

25min40

Suger, conseiller de Louis VI et Louis VII, abbé de Saint-Denis, mit un soin particulier à l’enrichissement du trésor de son abbaye : il dit avoir trouvé, dans un coffre, un vase de porphyre antique qu’il fit transformer en vase liturgique en lui donnant, par sa monture, la forme d’un aigle. Cette aiguière ne peut être séparée des autres vases de pierres dures réalisés pour Suger et exécutées par des orfèvres qui travaillaient pour Saint-Denis dans ce cas, par des orfèvres d’Ile-de-France.

Enquête d'art : Les jumeaux Yoruba Musée du Quai Branly

De Raynald Mérienne

26min07

L'histoire de cette paire de statuettes de jumeaux Yoruba (une société du Bénin), datant du XIXème siècle est riche tant au niveau de leur origine que par le parcours jusqu'au musée du Quai Branly...  

Enquête d'art : le masque de Yup'ik, l'esprit de la lune Musée du Quai Branly

De Sam Caro

26min39

Le masque dit « De l’esprit de la Lune », couvrait complètement le visage de celui qui le portait. Il fut très certainement utilisé par un angalkuq durant une cérémonie collective destinée à favoriser de futures chasses. On reconnaît en son centre la face d’un tuunraq, entité que les Yupiit associaient à l’astre lunaire, surmontant un carnivore, certainement un chien. Cet esprit de la Lune est probablement une version locale de l’homme de la Lune, bien connu des Inuit, que le chamane avait l’habitude de solliciter en vue d’obtenir de lui que le gibier s’offre aux chasseurs (Nelson 1899 : 515). Les nombreuses mains aux pouces coupés attestent la grande puissance de cet esprit. L’appendice inférieur représentant des bulles d’air indique la présence du phoque avant qu’il n’émerge de l’eau et, symboliquement, le passage d’un monde à l’autre des animaux et des êtres humains.

Enquête d'art: Francisco Goya, Les vieilles et les jeunes Palais des Beaux Arts de Lille

Lucille Bellanger

26min16

Nous irons à la découverte de deux tableaux énigmatiques de Francisco Goya : « Les Vieilles »  appelé également le Temps, « Les Jeunes » aussi appelé la Lettre. Dans « Les Jeunes», une jeune femme lit un billet qu’elle vient de déplier, sa servante l’accompagne. Dans le fond, des lavandières battent le linge. Ce tableau est une allusion à la lutte des classes. Goya met deux mondes en opposition : deux femmes oisives sur fond d’un groupe de femmes accablées par le labeur quotidien. Dans les « Vieilles », une vieille aristocrate admire une miniature la représentant probablement plus jeune. Mais la dame de compagnie en robe noire interrompt l’adoration en dévoilant l’image réelle d’une femme vieillie, ravagée par une mort imminente. Elle semble lui souffler à l’oreille ce que Goya inscrit sur le miroir : « Que tal » (Comment ça va ?). Les deux femmes ont des visages décharnés. Derrière elles, un vieillard aux grandes ailes blanches déployées tient un balai et s’apprête à les faucher. C’est l’image de la mort. Pendant plusieurs siècles, on fera croire que ces deux tableaux forment une paire : une fable sur les ravages du temps. Pour cela, leurs noms, leurs tailles seront modifiés… Des chiffres mystérieux, un rajout sur la toile, un testament, de nombreux indices nous permettront de révéler leur véritable histoire et de savoir peut-être qui est à l’origine de cette falsification. Deux scientifiques avec une caméra révolutionnaire nous aideront à faire la lumière sur ce mystère. Notre enquête nous conduira du musée des Beaux-Arts de Lille, à Madrid. De la chapelle San Antonio de la Florida, située dans les faubourgs de Madrid, aux galeries du Prado, nous irons à la rencontre de ce génie de la peinture.   Nous découvrirons comment Francisco Goya, peintre officiel de la cour, à la suite d’une maladie grave, fera en marge des œuvres de commande une série de gravures : « Les Caprice », dans laquelle il exprimera sa vision du monde et de la société madrilène de l’époque.  En fouillant dans les archives notariales de Madrid, nous découvrirons une pièce à conviction : le Testament que Francisco Goya fit à son fils Javier. Nous découvrirons comment, profitant de guerres fratricides en Espagne, le baron Taylor récupérera les deux toiles. Elles se retrouveront pendant une dizaine d’année au Louvre dans la collection de Louis Philippe. Nous suivrons ensuite leur épopée de Londres au Musée des Beaux Arts de Lille.

Enquête d'art : Donatello, Le festin d'Hérode Palais des Beaux Arts de Lille

Lucille Bellanger

25min49

Nous sommes au 15ème siècle en pleine Renaissance. A Florence, les Médicis règnent. Dans ce renouveau artistique un homme va se distinguer et devenir l'un des plus grands sculpteurs de son temps. Son nom : Donatello. Il est l'auteur d'une œuvre marquante par son innovation : le festin d'Hérode. Un bas relief en marbre qui, à peine réalisé, va disparaître.  Il faudra attendre ensuite 4 siècles et l'habilité d'un collectionneur méfiant, Jean-Baptiste Wicar, pour le voir réapparaître à Lille, sa ville natale. Mais là encore, le bas relief s'entoure de mystère. C'est tout le destin de cette sculpture d'une grande beauté,  que nous allons vous raconter...