Savoirs

Parcours du catalogue par genre

  • Genres Arts et loisirs Musique
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 14
  • 15
  • 16
  • »

Clés d'écoute de la Passion selon Saint-Jean

Hélène DECIS-LARTIGAU

1h17min01

Tout juste nommé cantor de l’église Saint-Thomas de Leipzig, Jean-Sébastien Bach compose pour la semaine sainte 1724 sa Passion selon Saint-Jean,
une des deux seules du musicien qui nous soient parvenues aujourd’hui.
Naturellement, cette oeuvre raconte les souffrances du Christ depuis son
arrestation jusqu’à sa crucifixion et sa mort. Comme il lui était
défendu de composer des opéras, Bach met dans ces pages religieuses
toute la théâtralité que lui inspire cet épisode de l’évangile et sa
cantate exprime avec force le douloureux parcours du fils de l’homme.
Ainsi qu’elle l’avait fait l’an dernier pour l’Oratorio de Noël, Hélène
Décis-Lartigau nous servira de guide pour écouter toutes les finesses et
comprendre l’art du récit de Bach à travers cette partition hors du
commun.

Ghosts of the exchanged populations : the remaining of the Pontic Greeks in Turkey

Nicolas ELIAS

01min05

Séminaire: "Après l'échange... l’intégration des réfugiés de l’échange de population de 1923. En Grèce et en Turquie"
Mardi 5 janvier 2010 à 18h à l'IFEA
"Ghosts of the exchanged populations : the remaining of the Pontic Greeks in Turkey"
Nicolas Elias (ethno-musicologue)

2018 - Alchimie des émotions musicales

1h10min30

LE CERVEAU AU COEUR DE L’ALCHIMIE DES ÉMOTIONS MUSICALES

Une conférence avec Séverine Samson

Professeure de neuropsychologie

UFR de psychologie - Université de Lille
Présente au quotidien, la musique suscite des réactions variées et parfois extrêmes qui dépendent d’un réseau cérébral très étendu dont les particularités commencent à être dévoilées par les travaux en neurosciences cognitives et affectives. Le plaisir si particulier que procure la beauté musicale, à la fois sensible et abstraite, donne corps à la notion d’émotion esthétique dont les bases cérébrales commencent à être étudiées. A partir d’une approche transdisciplinaire qui associe la neuropsychologie à l’imagerie cérébrale, des résultats récents concernant les jugements de valence et de plaisir induits par la musique seront exposés afin de préciser la particularité des émotions musicales. Pourquoi la musique nous touche-t-elle au plus profond de nous même ? Est-elle vraiment inoubliable? Quels sont ses effets thérapeutiques ? Comment les expliquer ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre au cours de cette conférence.
Séverine SAMSON a débuté sa carrière au Canada (Université McGill et Institut Neurologique de Montréal). Elle dirige une équipe de recherche en neuropsychologie à Lille (Laboratoire PSITEC) spécialisée dans l’étude des fondements neurobiologiques de la cognition et des émotions auditives et notamment musicales au travers l’analyse des différentes pathologies cérébrales. A Lille, elle a mis en place la filière neuropsychologie (master spécialisé en réhabilitation cognitive) tout en développant de nombreux partenariats scientifiques en France et à l’étranger. Une partie importante de ses recherches concerne le développement des thérapies non médicamenteuses pour la prise en charge des maladies neurodégénératives, travaux menés en collaboration avec l’hôpital gériatrique Les Bateliers (CHRU Lille). Elle poursuit également des recherches depuis de nombreuses années sur les bases cérébrales des émotions musicales en lien avec la mémoire à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) et en collaboration avec l’Institut du Cerveau et la Moelle dans une perspective pluridisciplinaire qui associe la neuropsychologie aux méthodes d’imagerie cérébrale. L’approche retenue combine ainsi les recherches fondamentales aux réalités cliniques, et se situe au croisement des arts, des sciences et de la cognition. Séverine Samson a publié plus de 100 articles scientifiques et chapitres d’ouvrage et participe à de nombreux projets de recherche nationaux et internationaux.

Autour de cette conférence : concert Le Global du Tire Laine (musique du monde)

2018 - Perception musicale : sommes nous tous des experts ?

1h19min32

PERCEPTION MUSICALE :
SOMMES-NOUS TOUS DES
EXPERTS ?


Une conférence avec Barbara Tillmann
Université de Lyon CNRS/INSERM


Des recherches sur la perception musicale montrent que même les auditeurs non musiciens deviennent sensibles aux régularités du système musical par simple exposition aux pièces musicales dans la vie de tous les jours.
Ces connaissances musicales se révèlent très élaborées ; elles influencent la perception des sons et permettent la compréhension des structures musicales.
Par contre, pour quelques personnes, la musique ne fait pas de sens : elles sont incapables de reconnaître une chanson familière sans paroles ainsi que de détecter une fausse note ou quand quelqu’un chante faux (y compris eux-mêmes). Ces personnes sont atteintes d’“amusie congénitale”, un déficit musical sans d’autres déficits cognitifs ou auditifs.
Étudier comment le cerveau traite la musique (dans son fonctionnement normal et déficitaire) est devenu l’objet d’un nombre grandissant de recherches qui, avec les recherches étudiant la perception du langage, contribuent à notre compréhension du fonctionnement du cerveau.
Barbara Tillmann est directrice de recherches au CNRS et anime l’équipe
«cognition auditive et psychoacoustique» au sein du centre de recherche en neurosciences de Lyon.
Après avoir effectué sa thèse à l’Université de Bourgogne, elle part en stage post doctoral aux États-Unis avant de revenir à Lyon. Elle s’attache à décrypter les mécanismes cognitifs et neuronaux permettant au cerveau humain de percevoir la musique. Elle étudie plus particulièrement les phénomènes d’amusie congénitale qui touchent environ 4% de la population. Elle a également contribué à révéler le rôle bénéfique de la musique dans le traitement de certains troubles cognitifs (dyslexie, dysphasie). Elle a participé à plus de 120 publications dans des revues internationales de très haut niveau comme Nature, Journal of Neuroscience, Neuropsychology. Elle est l’auteur d’un livre et a écrit des chapitres dans 21 ouvrages très diffusés. Chose remarquable, elle a obtenu la médaille de bronze puis d’argent du CNRS respectivement en 2004 puis 2016.
Elle collabore avec de nombreux laboratoires et notamment avec l’Université de Sydney où elle est très impliquée dans les thèmes de recherche et dans l’enseignement.

2017 - La musique un stimulant pour nos neurones

1h18min07

« La musique, un stimulant pour nos neurones » 




Avec J-C. Beauvillain:




Chercheur en neurosciences, directeur de recherche INSERM


La musique est vraisemblablement apparue en même temps que l’homme. Toutes les peuplades, ethnies, civilisations ont leur musique. Ces musiques présentent évidemment des différences mais on retrouve dans toutes des éléments communs appelés « universaux ». Nous verrons comment la musique atteint notre cerveau en partant de l’oreille jusqu’au cortex auditif, comment elle est analysée, mise en mémoire et pourquoi elle nous procure des émotions. Dans un deuxième temps, nous aborderons comment la pratique de la musique peut modifier notre cerveau. Nous terminerons sur l’intérêt que peut avoir la musique dans certaines pathologies.




Ponctuée d’interventions et Mini concert de L’Orchestre Universitaire de Lille

Le 7 novembre à 18h00

À l’auditorium du Palais des Beaux-Arts au 18 bis Rue de Valmy à Lille (Métro Ligne 1 – arrêt République Beaux-Arts)

Ouvert à tous

Les avant-gardes musicales, musique et politique

Christophe Bourseiller

51min42

Observateur attentif du monde musical, Christophe Bourseiller a montré, notamment dans son émission Musicus Politicus sur France Musique, les liens qui existent entre le pouvoir, ou les contre-pouvoirs et la composition. Contrairement à certaines idées reçues l’artiste ne vit pas isolé. Sa création entre en résonance avec le monde qui l’entoure et reflète, ou rejette, les esthétiques à la mode, les courants de pensée dominants comme les idéologies de passage. Il nous aidera à comprendre les liens entre les avant-gardes musicales et les courants politiques ou philosophiques qui leur sont contemporains.

Geste et pensée musicale : de l'outil à l'instrument

Hugues Genevois

1h07min05

Les univers sonores et musicaux qu’il nous est aujourd’hui donné à entendre, à penser, à aimer et, parfois, à subir, ont radicalement évolué au cours de ce siècle. Comment s’étonner, dès lors, que les gestes et les instruments nouveaux qu’ils mettent en jeu nous invitent à des interrogations sinon inédites, du moins renouvelées ? Ainsi, la notion même de geste musical est à repenser en regard de révolutions technologiques qui ont permis, au XXe siècle, la naissance de nouvelles lutheries. Les conséquences musicales de ces révolutions technologiques méritent en effet que l’on s’intéresse aux grandes étapes de ces transformations.

La musique dans les camps

Hélios AZOULAY

1h15min21

Musicien-archéologue des musiques composées dans les camps de concentration, Hélios Azoulay poursuit depuis 10 ans un travail indispensable sur ce répertoire ignoré et sur sa transmission. Son dernier livre, L’enfer aussi a son orchestre, contient notamment le livret d’un opéra inédit, Le 30 mai 1431, écrit en déportation par le compositeur Viktor Ullmann sur la vie de Jeanne d’Arc. En guise d’introduction au concert Le Block 15 ou les notes de l’espoir, proposé par Pascal Amoyel et Emmanuelle Bertrand, il nous fera part de ses recherches dans ce domaine encore peu exploré où, malgré l’horreur, la musique a surgi, donnant parfois la force de vivre ou de résister.

Dessiner la musique avec Lannis Xenakis

Sharon KANACH

1h19min48

Xenakis, c’est qui ? Une sorte de savant fou, à la fois artiste et scientifique, compositeur et ingénieur, architecte et musicien qui a débuté avec Le Corbusier (pendant 12 ans !). Il renouvela entièrement l’univers musical en y introduisant la physique et les mathématiques pour ouvrir la voie à la plastique sonore. L’UPIC, c’est quoi ? Une machine d’aide à la composition musicale par le dessin inventée par Iannis Xenakis en 1977. Elle permet à chacun initiés ou non, d’accéder de manière intuitive à l’acte de composer. La conférence racontera l’histoire de cet homme hors du commun, figure dans l’histoire de la musique, et de cet outil qui a été, et continue d’aller, au plus près des publics.

Chronique des Pygmées baka : Gustave Slam

Laurent MAGET

02min19

Depuis 2010, l'alcool manufacturé en sachets de 5 cl arrive par palettes entières dans les villages de bord de piste, jusque dans les campements de débardage en forêt. Gustave, jeune Baka chanteur et slameur de Moangue le Bosquet mélangeait le "King Arthur" (5 cl à 43°) à 15 cts d'Euro le sachet (100 F CFA) avec du tramadol venu du Nigéria, un opioïde antalgique fort aux effets secondaires importants, notamment addictifs. Gustave en est mort en novembre 2016.

Chronique des Pygmées baka : Musiciens / Groupe Tibola 2012

Laurent MAGET

01min34

Cette année 2012 est un tournant pour  Tibola, le groupe de musiciens baka de Moangue le Bosquet. Ils élargissent leur répertoire, composent des paroles en français, réunissent des jeunes danseuses et danseurs très "branchés". Ils s'apprêtent à partir faire un grand tour du Cameroun, pour découvrir leur pays. Chanteurs / Musiciens Dankassa Pierre / /Kopka Sylvain/ Yenjo Laurent Danseurs.ses Nguoum Gisèle/   / Ayembe Claire / Limé Brigitte / Mondenga Biken Marc

Chronique des Pygmées baka : Musiciens / Groupe Tibola 2010 / 2011

03min07

Dankassa Pierre, jeune Baka,  a fondé un groupe de musique après avoir appris à jouer de la guitare avec un jeunne Allemand. Puis, ils ont fabriqué eux-mêmes leurs guitares. Premier tournage en 2010. " Cette histoire de musique c'est venu...c'est un homme allemand qui nous a appris à jouer de la guitare C'est nous-mêmes qui avons fait les guitares, De mémoire, on a choisi un bois le jenson, pour les cordes nous ne prenons rien que les cables les mêmes que pour la chasse Ça suffit pour faire les sons différents Nous sommes partis nous entraîner en brousse. Nous nous sommes d'abord réunis, deux personnes d'abord. Après avoir fait sortir les sons, nous sommes partis chercher les danseurs et après quand les danseurs sont sortis, nous avons cherché les danseuses. Nous avons mélangé nos connaissances. Alors, ça veut dire " Oh ma petite sœur, viens, on doit danser la musique de Tibola , viens, on doit écouter comment Tibola joue …. / … Là, ça veut dire " ça c'est comment ? Depuis que nous sommes ici, nous sommes toujours maltraités par nos frères Nzimés (villageois Bantous) … / …" Ces jeunes Baka modernes  veulent s'affranchir des étiquetes associées à l'image traditionnelle  de Pygmées, archétypes d'hommes supposés primitifs incapables de comprendre et de  s'adapter à la mondialisation.  Pour de nombreux Occidentaux, mais aussi des Africains, des Baka parlant français, bien habillés et jouant de la guitare ne seraient plus de  "vrais Pygmées"... Images son montage Réalisation >  Laurent Maget / Laboratoire Dynamique de l'évolution humaine
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • ...
  • 14
  • 15
  • 16
  • »