Documents pour «Lisbonne»

Juste de l'eau

De Carlos De Carvalho

04min43

Lisbonne, à l’époque des grandes découvertes maritimes. Des explorateurs à l’apparence de cochons arrivent en ville après une longue expédition en mer. De tous côtés, des groupes compacts se forment et se congratulent. Des rondes s’organisent et fêtent spontanément l’événement du retour. Pendant ce temps, un jeune cochon éprouve l’étrange sensation d’être complètement isolé dans sa propre ville natale.

La peau douce

De François Truffaut

1h52min40

Au cours d'un voyage à Lisbonne, où il doit donner une conférence sur Balzac, Pierre Lachenay s'éprend de Nicole, une hôtesse de l'air. Lorsque son épouse Franca apprend cette liaison, Pierre décide de divorcer.

Lisboa orchestra

De Guillaume Delaperrière

12min00

LISBOA ORCHESTRA est une balade musicale dans la ville aux sept collines. Au fil des rythmes urbains de la journée, une musique originale et hypnotique se compose à partir d'échantillons sonores et visuels recueillis dans la capitale portugaise.

Fragile(s)

De Martin Valente

1h43min13

Il y a des jours où le destin entrecroise les vies, où les solitudes s'animent sous l'effet du hasard, où un événement bouleverse le cours de plusieurs vies. Six personnages vont se croiser, se réunir, s'abandonner, se retrouver alors que rien ne les prédisposait à se rencontrer. Un lien existe pourtant entre eux. Et le destin va se charger de le leur rappeler :Sara, qui vient de perdre son emploi, est entraînée par sa copine Isa en week-end au Portugal. Paul, dont le dernier film est un échec retentissant, se rend, contre son gré, à un festival à Lisbonne. Yves, pharmacien, a fait le vide autour de lui. Mais ce matin, un chien en a décidé autrement... Musicienne, Nina profite d'une tournée pour enfin aller voir son fils de 7 ans qu'elle n'a pas vu depuis des mois... Voilà des semaines que Vince, inspecteur de police, vient chaque jour à l'hôpital, jouer de la guitare... Et toujours aussi mal. Hélène ne supporte pas l'idée d'être grand-mère, encore moins lorsqu'on lui demande de garder Ross, son petit-fils...

Dans la chambre de Vanda (seconde partie)

De Pedro Costa

1h04min59

Bienvenue à Bairro de Fontaínhas, quartier capverdien de Lisbonne en démolition et mouroir à toxicomanes. Trois heures en apnée dans l’enfer glacé des junkies. Vanda. Quel âge a Vanda ? 25 ans, grand maximum, sans doute moins. Difficile à dire tant elle est maigre et détruite. D’un bout du film à l’autre, on s’accroche à son corps squelettique de toxicomane, on souffre du manque avec elle, en silence. Une toux permanente l’agite, grasse, douloureuse, qui nous transperce. Vanda répète inlassablement le rite sacrificiel : répandre l’héroïne sur la feuille d’aluminium, chercher un briquet qui ne soit pas vide et inhaler le poison, toujours. Pour aider sa mère, elle vend des légumes. Avec une infinie politesse, elle fait sa tournée et nous guide dans Fontaínhas, quartier capverdien de Lisbonne, en démolition lui aussi. Comment se procure-t-elle la drogue, où trouve-t-elle l’argent ? Là n’est pas le propos…

Dans la chambre de Vanda (première partie)

De Pedro Costa

1h45min40

Bienvenue à Bairro de Fontaínhas, quartier capverdien de Lisbonne en démolition et mouroir à toxicomanes. Trois heures en apnée dans l’enfer glacé des junkies. Vanda. Quel âge a Vanda ? 25 ans, grand maximum, sans doute moins. Difficile à dire tant elle est maigre et détruite. D’un bout du film à l’autre, on s’accroche à son corps squelettique de toxicomane, on souffre du manque avec elle, en silence. Une toux permanente l’agite, grasse, douloureuse, qui nous transperce. Vanda répète inlassablement le rite sacrificiel : répandre l’héroïne sur la feuille d’aluminium, chercher un briquet qui ne soit pas vide et inhaler le poison, toujours. Pour aider sa mère, elle vend des légumes. Avec une infinie politesse, elle fait sa tournée et nous guide dans Fontaínhas, quartier capverdien de Lisbonne, en démolition lui aussi. Comment se procure-t-elle la drogue, où trouve-t-elle l’argent ? Là n’est pas le propos…

Fado, ombre et lumière

De Yves Billon

57min45

Le Fado, c'est un chant qui possède celui qui l'écoute. Depuis deux siècles, le Fado nous parle du Portugal à travers les histoires sentimentales de son peuple. Aller à sa rencontre - à travers son histoire, ses rites et ses protagonistes - c'est découvrir la plus vive manifestation de l'âme du peuple portugais. Prendre le temps de l'écouter, dans une "Tasca" - petit restaurant populaire - à Lisbonne, c'est ressentir une émotion perceptible bien au-delà des rives du Tage.

Lisbonne : Les Larmes de Lisbonne concert enregistré à la Cité de la musique le samedi 16 juin 2007 (20h, salle des concerts)

Paul Van Nevel

01min39

Concert enregistré par France Musique, partenaire de la Cité de la musique
Concert audio
1h 39 minProgramme:Que he o que vejo
[Anonyme] | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 5 min 51 secLevamtese el pemsamemto
[Anonyme] | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 6 min 29 secPrésentation du concert
Paul van Nevel, 1 min 32 secDexteme un bejo e vivi
Alfredo Mercenero, composition | Juan Dias, texte | Beatriz da Conceiçao, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 3 min 39 secEu preciso de te ver
Fontes Rocha, composition | Vasco de Lima Couto, texte | Beatriz da Conceiçao, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 2 min 1 secNoite
Max, composition | Vasco de Lima Couto, texte | Beatriz da Conceiçao, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 3 min 56 secLagrimas de saudade
[Anonyme] | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 5 min 21 secNao tragais borzeguis pretos
[Anonyme] | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 2 min 29 secPrésentation d'Antonio Rocha
Paul van Nevel, 53 secProcura va
Armando Machado, composition | Antonio Rocha, texte | Antonio Rocha, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 3 min 24 secSo pode ser amor
Armando Machado, composition | Antonio Rocha, texte | Antonio Rocha, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 4 min 1 secSombra fugidia
Antonio Rocha, texte (sur un air populaire) | Antonio Rocha, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 4 min 7 secMinina dos olhos verdes
compositeur anonyme | Luis Vaz de Camoes, texte | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 6 min 10 secEm mi gram sufrimento
[Anonyme] | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 3 min 50 secPrésentation de Luis Miguel Ramos
Paul van Nevel, 1 min 21 secMeu dia triste
Manuel Mendes, composition | Vasco de Lima Couto, texte | Beatriz da Conceiçao, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 3 min 38 secVesti a minha saudade
Francisco Viana, composition | Antonio Campos, texte | Beatriz da Conceiçao, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 4 min 9 secMeu corpo
Fernando Tordo, composition | Ary Dos Santos, texte | Beatriz da Conceiçao, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 4 min 37 secDipues vienes delhaldea
[Anonyme] | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 3 min 55 secEspera sem fim
compositeur anonyme | Antonio Rocha, texte | Poline Renou, Sabine Lutzenberger, cantus | Peter de Groot, alto | Marco van de Klundert, Stefan Berghammer, ténors | Willem Ceuleers, basse | AnVan Laethem, Bert Van Laethem, vièles | An Van Laethem, rebec | Bart Coen, Peter De Clercq, flûtes | Paul Van Nevel, direction | Huelgas Ensemble, 4 min 23 secPrésentation de Luis Miguel Ramos
Paul van Nevel, 1 min 33 secBalada do sol errado
Miguel Ramos, composition | Helder Moutinho, texte | Luis Miguel Ramos, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 3 min 9 secUm hino a vida
Manuel Mendes, composition | Antonio Rocha, texte | Antonio Rocha, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 4 min 26 secGuitarra casca de noz
Antonio Rocha, texte (sur un air populaire) | Antonio Rocha, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 3 min 19 secSempre esperando
Antonio Rocha, texte (sur un air populaire) | Antonio Rocha, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 5 min 19 secPrésentation du rappel
Paul van Nevel, 53 secAssim seja (rappel)
Jose Antonio Sabrosa, composition | Antonio Rocha, texte | Antonio Rocha, chant | Manuel Mendes, guitare portugaise | Luis Miguel Ramos, viola, 4 min 9 sec