Documents pour «Musique»

L' Accordeur

De Olivier Treiner

13min37

Adrien est un jeune pianiste prodige. Il travaille désormais comme accordeur de pianos. Il s'invente un masque d'aveugle pour pénétrer l'intimité de ses clients. À force de voir des choses qu'il ne devrait pas, Adrien se retrouve témoin d'un meurtre.

Gwoka - l’âme de la Guadeloupe ?

Caroline Bourgine

55min20

Les tam­bours du gwoka réson­nent en Guade­loupe depuis l’arrivée des pre­miers esclaves. Enrac­inée dans l’histoire rurale de l’île, longtemps rejetée, cette tra­di­tion musi­cale sym­bol­ise aujourd’hui la recon­quête par la pop­u­la­tion de son iden­tité pro­fonde. Un pub­lic tou­jours plus large retrouve le chemin des soirées lèwoz, cap­tivé par les défis que se lan­cent tout au long de la nuit les bat­teurs, les chanteurs et les danseurs. Pour la pre­mière fois, un film saisit cette musique dans sa dynamique sociale et his­torique. D’un lèwoz à l’autre, au fil des ren­con­tres, il nous en restitue sa richesse et sa force.

La Rime et la Raison

De Francis Guibert

55min02

Le rap français est une musique vivante, née dans les ban­lieues, de Paris à Saint-Denis, en pas­sant par Mar­seille, Bor­deaux, Stras­bourg… Le con­tenu des paroles témoigne d’un véri­ta­ble ancrage dans la réal­ité des années 90, ses prob­lèmes, les ques­tions qui émer­gent. Creuset cul­turel, rébel­lion sociale et indi­vidu­elle, le rap français peut-il répon­dre à son ambi­tion et devenir la référence d’une généra­tion qui ne veut plus compter pour du Beur et réagit en joignant le geste à la parole à tra­vers le dilemme : igno­rance ou affron­te­ment ? Le hip hop français dans tous ses états. Série de por­traits de rap­pers, toast­ers, gra­phers, danseurs, ce film témoigne de l’émergence de cette musique déca­pante. L’art et la manière de la bombe et de la tchache, le sens des mots et du tempo.

Zafair Kaya

De Michel Vuillermet

53min35

Ile Mau­rice, dimanche 21 février 1999, Kaya, un chanteur renommé vient de mourir en garde à vue. Il venait de par­ticiper à un con­cert légal en faveur de la dépé­nal­i­sa­tion des drogues douces. A la nou­velle de sa mort, des émeutes écla­tent dans toute l’île. Un pays démoc­ra­tique, cité en exem­ple, est frappé de plein fouet par un ” cyclone social ” d’une vio­lence tout à fait excep­tion­nelle. Une contre-autopsie révèle que Kaya a été vic­time de bru­tal­ités policières. La révolte embrase les villes et les quartiers pop­u­laires où Kaya, chanteur Rasta, précurseur d’un style, le Seggae, était la voix protes­tataire des jeunes de toutes orig­ines, mais surtout des Noirs créoles. Cette nou­velle musique, mix­age entre le Reggae et le Sega, musique tra­di­tion­nelle maurici­enne, est por­teuse d’idées-fortes : métis­sage, fusion, non-violence.

Nahawa Doumbia

De Henri Lecomte

1h05min06

Nahawa Doumbia est depuis les années 80 une des chanteuses les plus pop­u­laires du Mali. Elle chante l’amour, mais aussi les con­di­tions de vie par­fois dif­fi­ciles de la femme mali­enne, notam­ment la polyg­a­mie ou les mariages for­cés. L’alliance du respect de la tra­di­tion à une volonté de faire évoluer les mœurs fait de Nahawa Doumbia une chanteuse des plus attachantes, comme en témoigne le suc­cès de plus en plus grand qui accom­pa­gne sa car­rière. Le film présente la vie quo­ti­di­enne de Nahawa Doumbia dans sa petite ville de Bougouni. Nous décou­vrirons égale­ment, en sa com­pag­nie, la richesse des tra­di­tions musi­cales de la région. Nous la présen­tons en répé­tion avec ses musi­ciens à Bamako, avant son pas­sage sur la scène du théâtre Gérard Philippe de Saint Denis qui a couronné, la nuit de Noël, le Fes­ti­val Afri­color 1996.

Let's get lost

De Bruce Weber

1h55min04

"Let’s get lost" est un formidable portrait du célèbre trompettiste et chanteur de jazz, Chet Baker décédé à l’âge de 58 ans en 1988. A travers les témoignages de ses proches, grâce à des extraits de films, à des concerts filmés, on découvre un homme extraordinairement beau, virtuose inspiré et novateur allant de succès en succès, reconnu comme un pair par les plus grands (Stan Getz, Charlie Parker, Gerry Mulligan, etc…). On s’attarde aussi sur l’autre visage de Chet Baker, complètement accro à la drogue, dont le reste de la vie fut une bataille contre cette "dépendance". Son style de vie fût très erratique, combinant des moments musicaux merveilleux et des épisodes personnels douloureux. Plus encore que ses confessions sur sa vie privée, ce sont le souffle, le son toujours superbe, le chant évanescent, la plainte de ce musicien disloqué, détruit par la drogue, qui s'imposent. Ce portrait de Chet Baker mi ange, mi démon, cabossé par la vie se révèle bouleversant et unique.

Mexique - les troubadours de la révolution mexicaine

De Henri Lecomte

54min03

Le Mex­ique est un con­ser­va­toire vivant de musiques, de chan­sons et de danses, échos sen­si­bles de sa longue et tumultueuse his­toire. L’Histoire du Mex­ique a connu des empires fastueux, notam­ment ceux des Mayas et des Aztèques. A par­tir du15ème siè­cle, les Espag­nols ont apporté leurs instru­ments, mais ceux ci n’ont pas tardé à s’adapter au génie pro­pre du peu­ple mex­i­cain, qui a créé toute une gamme d’instruments à cordes. Toutes ces influ­ences, remaniées dans un inces­sant tra­vail de créa­tion pop­u­laire, ont pro­duit une musique d’une extrême richesse qui éclate lit­térale­ment avec le for­mi­da­ble élan de la révo­lu­tion de 1910. À tra­vers tout le pays, musi­ciens et chanteurs créent alors des cen­taines d’hymnes, romances ou cor­ri­dos, à la gloire d’Emiliano Zap­ata, de Pan­cho Villa et de leurs soldats.

Salsa Opus 4 - Venezuela, visa pour les barrios épisode 4/5

De Yves Billon

1h12min08

Le Venezuela dis­pose d’un passé musi­cal très riche. Les rythmes de la Soca, du Méren­gué, du Calypso et des Steel Band se mélan­gent en une Salsa à la saveur vio­lente et orig­i­nale. Ailleurs, c’est Oscar D’LEON et la Dimen­sion Latina qui sont à l’origine du boom de la Salsa. Chaque province apporte sa con­tri­bu­tion. A Barlovento ce sont les rythmes des tam­bours des descen­dants d’esclaves, à Mara­caïbo ce sont les adeptes de la Gaïta Zuliana, à El Callao et sur la côte atlan­tique, c’est le Calypso. Toutes ces influ­ences musi­cales qu’elles soient afro-antillaises ou latines ont su s’intégrer à la grande tra­di­tion caribéenne de la danse et de la fête au Venezuela .

Salsa Opus 3 - Puerto Rico, ça balance sous les cocotiers épisode 3/5

De Yves Billon

55min56

Puerto Rico a donné le jour à la plus célèbre des idoles de la Salsa : “Ismaël Rivera”, surnommé le “Sonero Mayor”. Il fut le pro­mo­teur d’une ver­sion mod­erne de l’un des folk­lores les plus riches de la Caraïbe : la Bomba, musique à danser située à la con­flu­ence des courants issus de l’Afrique, arrivés avec la traite, issus de l’Espagne lors de la coloni­sa­tion et du pro­pre pat­ri­moine indigène. Puerto Rico, ce grand réser­voir de l’émigration New Yorkaise, s’est nourri en retour des créa­tions artis­tiques de la cap­i­tale de la Salsa.

Salsa Opus 2 - Colombie, un pays tropical épisode 2/5

De Yves Billon

56min51

En Colom­bie, la Salsa, cette sauce à la mode cubaine, déjà forte­ment pimen­tée, s’est chargée de toutes les saveurs des musiques et des rythmes tra­di­tion­nels locaux. Deux grandes villes, Cali et Bar­ran­quilla, se dis­putent depuis tou­jours le titre de cap­i­tale de la Salsa à coup de shows, de foires et de car­navals. Dans les ports, les bateaux à vapeur sont devenus des car­gos, mais ils arrivent tou­jours chargés des derniers long plays de la Salsa New Yorkaise. Chaque car­naval est voué à l’adoration de la Salsa, qu’il décline avec des motifs vio­lem­ment exo­tiques. Dans ce pays rav­agé par une vio­lence endémique, la musique est dev­enue l’un des rares espaces où il fait bon vivre.

Salsa Opus 1 - New York, notre monde latin épisode 1/5

De Yves Billon

55min18

Dans le creuset New Yorkais, l’avènement de la salsa a peut être réal­isé le vieux rêve du Général Boli­var : “Unir sous une même ban­nière, au sein d’une même cul­ture, d’une même pas­sion des peu­ples aussi dif­férents que les Colom­bi­ens, les Por­tor­i­cains ou les Cubains”. La salsa à New York est une musique pro­fondé­ment latine qui a per­mis à tous les dérac­inés de revendi­quer leur langue et leur culture.

Cuba Son

De Yves Billon

1h30min43

“Les retraités de San­ti­ago”, est sans doute l’un des groupes les plus authen­tiques de Cuba. Il est une preuve vivante que ce rythme typ­ique de “l’Este” a su con­server une vigueur et une fraîcheur ancrée dans le quo­ti­dien de Santiago. C’est en 1994 que Mario Car­casés Ama­bile, 75 ans, s’est retrouvé chez lui jouis­sant d’une dou­ble retraite (celle de sa pro­fes­sion de boucher d’abattoir et celle de chanteur dans le groupe “Sanes de Orunte”). Refu­sant cette retraite imposée, il a con­va­incu ses amis musi­ciens de se join­dre à lui. Ils ont répété pen­dant trois mois chez Mario et leur pre­mier con­cert a été pour la chaîne de télévi­sion locale de San­ti­ago de Cuba… Ce fut un succès. Après leur représen­ta­tion, sur le chemin qui les rame­nait chez eux, les gens les ont reconnu et les ont félic­ité. Une fois arrivés dans leurs quartiers, l’accueil fut encore plus important…